Aya Désirs du Monde
 
 
 
 
 
Accueil  -  DÉSIR D\'ORIENT  -  LIBAN

LIBAN


 
 Bienvenue au Liban

image illustrative Liban


Petit par sa taille, immense par ses richesses, le Liban offre des contrastes à nuls autres pareils. De la montagne à la mer, dans la même journée, on skie en hiver dans la station de Faraya et l’on profite de la plage de la superbe baie de Jounieh dès le printemps arrivé. Ici l’Europe et l’Orient se sont mêlés, terre de passage, mais aussi « empire » maritime, les phéniciens, réputés être les meilleurs navigateurs de l’Antiquité, ont fondé les plus importants comptoirs de la Méditerranée. De ce passé prestigieux subsistent des sites de toute beauté: Baalbek, Byblos, Sidon, Tyr. Aujourd’hui Beyrouth est une « ville qui bouge » rythmée par la musique et la richesse de sa cuisine.
« Le Liban ne se décrit pas, il se vit »… Fort de cet adage, laissez-vous emporter par la magie de ce pays d’échanges culturels et artistiques, un pays unique et si attachant.
Le Liban est l’un des pays au monde qui offre la plus grande diversité touristique : Byblos, Baalbeck (inscrit au patrimoine de l’UNESCO). 


HISTOIRE

Au début de son histoire, le Liban est occupé par de nombreux peuples, dont les Phéniciens, les Grecs, les Romains et les Byzantins. Le christianisme est introduit au Vème siècle et l'islam deux cents ans plus tard.
Durant de nombreux siècles, le Liban est un lieu de refuge pour les minorités persécutées. Ainsi, les maronites s'installent dans le nord et les Druzes dans le sud. Les deux communautés vivent en paix jusqu'au XIXème siècle, lorsque des révoltes paysannes contre les propriétaires terriens se transforment en guerre ouverte entre Druzes et maronites, faisant des milliers de victimes. Les sultans turcs de l'Empire ottoman, qui règnent sur le pays depuis le XVIème siècle, soutiennent les Druzes, tandis que les maronites se tournent vers l'Europe et en particulier vers la France.
Après la défaite turque durant la Première Guerre Mondiale, le Liban est administré par la France sous mandat de la Société des Nations et devient la seule nation à majorité chrétienne du Moyen-Orient. Après la défaite française en 1940, les dirigeants de la France Libre acceptent de mettre fin à leur mandat, et le Liban déclare son indépendance en 1943. Le pays connaît une courte période de prospérité et de liberté, interrompue par l'émergence du mouvement nationaliste arabe, la naissance de l'Etat d'Israël en 1948, et le début des conflits entre les différentes communautés libanaises.
En 1958, certains groupes religieux se révoltent. L'insurrection est écrasée avec l'aide des troupes américaines. En 1970, l'OLP, expulsé de Jordanie, transfert son quartier général au Liban, d'où il lance des attaques terroristes contre Israël. Le gouvernement libanais s'efforce alors de contenir les activités militaires des Palestiniens.
La guerre civile entre chrétiens et Libanais éclate en 1975. Les deux premières années de la guerre font 60.000 victimes. Entre 1976 et 1982, les troupes syriennes et les forces des Nations Unies s'efforcent de faire respecter un précaire cessez-le-feu entre chrétiens, musulmans, Palestiniens et Israéliens. En juin 1982, Israël envahit le Liban et exige le départ de l'OLP du sud du pays. En août, 15.000 combattants palestiniens quittent Beyrouth. A la fin du mois, le dirigeant chrétien phalangiste Bechir Gemayel est élu président de la République. Il est assassiné le mois suivant. Les forces israéliennes rentrent alors dans Beyrouth. Le lendemain, des milices chrétiennes libanaises massacrent 600 civils palestiniens dans les camps de Sabra et Chatila, sous contrôle israélien. Une force d'intervention multinationale, composée essentiellement de Français, d'Italiens et d'Américains est alors envoyée à Beyrouth. En septembre, Amin Gemayel, frère de Bechir Gemayel, est à son tour élu président de la République.
En mais 1983, un accord signé entre Israël et le Liban prévoit le retrait des troupes syriennes et israéliennes mais la Syrie refuse et la guerre reprend de plus belle entre les différentes factions. En février 1984, la force multinationale commence à quitter le pays. En 1985, les Israéliens se retirent du Sud-Liban, tout en gardant des troupes à la frontière.
Lorsque le mandat d'Amin Gemayel arrive à son terme en 1988, l'Assemblée nationale ne peut se mettre d'accord sur un nouveau président, et la direction du pays est confié à un gouvernement militaire intérimaire dirigé par Michel Aoun. Celui-ci déclare une "guerre de libération" contre la Syrie et lorsque l'Assemblé parvient enfin à élire un président, il occupe le palais présidentiel et refuse d'abandonner le pouvoir. Malgré la révision des accords de Taëf redistribuant le pouvoir de manière plus juste entre les différentes communautés, la guerre reprend en 1990. Aoun est renversé en octobre après une attaque menée par les forces gouvernementales et les troupes syriennes.
La paix revient peu à peu en 1991, lorsque les milices armées et le PLO commencent à rendre leurs armes. En mai, l'armée libanaise reprend le contrôle de la côte et en décembre, les derniers otages britanniques et américains sont libérés.

CUISINE
Il était déjà fait mention dans la Bible que le pays de Canaan, qui est l’actuel Liban, proposait une gastronomie d’une grande finesse et d’une grande variété grâce à son merveilleux climat méditerranéen, qui lui permet toute l’année d’avoir des fruits et légumes frais en abondance.La cuisine libanaise s’est enrichie de saveurs nouvelles venues d'ailleurs et elle a affiné les plats basiques, d’origine montagnarde au fil des temps pour atteindre un grand raffinement.
Où manger ?
Au Liban de nombreuses possibilités de restauration s’offrent à vous en fonction de votre budget et de vos goûts culinaires. 
Sur le pouce : vous trouverez, dans toutes les rues principales, des stands de fallafels (boulettes de purée de pois chiches servies dans un pain rond) et deshawarmas (l'équivalent du fallafel avec de la viande). Ceux-ci sont savoureux, nourrissants et bon marché. De nombreuses échoppes proposent des produits plus occidentaux comme des pizzas, etc. 
- Les gargotes classiques : elles sont aussi nombreuses et proposent des repas de type snack sur la base de mezzes
Les restaurants typiques sont aussi répandus proposant les incontournables mezzes,mais aussi avec un grand choix de plats à base de viande ou de poisson. Tout au long de la principale route côtière, on trouve des restaurants spécialisés dans le poisson.
Les restaurants chics offrant des spécialités libanaises et les restaurants de cuisine internationale sont aussi nombreux au Liban, héritage du multiculturalisme qui fait la richesse de ce pays.

Les spécialités


Les mezzes
C’est un ensemble de hors-d’œuvre différents pouvant aller de six (petit mezze) à plus de cent plats (mezze de mariage) déposés sur la table et dont on se sert en s’aidant du pain libanais.
Il comprend un choix savant des spécialités suivantes : le tabouleh(salade de persil haché, de blé dur concassé, de tomates, d’oignons et de menthe), lefattouche est l'autre salade vedette. C'est un mélange de légumes de saison : pourpier, laitue, radis, tomates, concombres, persil et menthe ; le batenjan, appelé également baba ghanouj ou metabal, est une purée d'aubergines souvent décorée de grains de grenade ; le houmous, une purée de pois chiches à l’huile de sésame (tehini), parfois agrémenté de pignons frits et de viande ; le kebbé, viande fraîche de mouton ou de veau, battue avec du blé concassé, assaisonnée et servie crue, frite ou grillée ; le labné, sorte de fromage crémeux semblable au yaourt, les rkakates sont des petits chaussons de pâte feuilletée garnis de fromage de chèvre, de crabe ou de viande. Leurs cousins, fourrés de selk (blettes) ou de kechk (délicieux yaourt, fermenté, séché puis réduit en poudre), se nomment fatayers ou sambousecks, les warak enab, feuilles de vigne farcies, et le foul médammas sont des fèves à l’huile.
Un mezze plus élaboré comporte plusieurs sortes de viandes rôties, frites ou grillées, des poissons et des légumes.

Malgré la richesse et l'abondance de ces mezzes, qui fournissent un régime équilibré et peuvent représenter un repas à part entière, la cuisine libanaise offre bien d’autres spécialités de plats qu’il est impossible de citer. Certains, très longs à préparer, ne figurent pas au menu des restaurants, mais se dégustent en famille.

Les poissons

Deux des meilleurs plats de poissons sont la sayadiyah (morceaux de poisson frais cuits avec des oignons, des amandes, des pignons et des épices et servis avec du riz bruni), et le samak tajen bi tahiné(poisson cuit au four avec de l’huile de sésame), le samak nahri des villages installés le long des rivières de montagne.

Les viandes et volailles

La viande d’agneau est la plus appréciée au Liban, où on l’utilise dans de nombreux plats traditionnels tels le kafta (viande hachée accommodée de multiples façons : mélangée avec persil et oignons, c'est le halabi ; associée avec du fromage, c'est la tochka ; le batenjane se prépare avec des aubergines et lakhaskhash avec des tomates et du piment) et les kebabs. Les gigots d’agneaux sont souvent farcis de riz, pistaches et amandes. Essayez la moghrabié de poulet, ragoût de petits morceaux de poulet et de mouton avec du couscous, des fèves et des épices ou le farrouj méchoui, poulet grillé servi avec une sauce à l’ail ou le chich taouk (brochettes de poulet mariné avec des épices).
 
Les pains
Les catégories les plus courantes sont le khoubz arabi (disques de la dimension d’une assiette qui s’ouvrent en deux, horizontalement, quand on les rompt), lemarkouk (pain de montagne rond, de l’épaisseur d’une feuille de papier, dont le diamètre peut atteindre un mètre), les manakish (pain plat, recouvert de thym finement haché, de grains de sésame et d’huile d’olive, cuit au four, que l’on mange souvent au petit déjeuner) et les lahm bi ajine (pizza arménienne très mince avec de la viande, des tomates et des épices).

Les desserts
Amateurs de douceurs, réjouissez-vous ! Les desserts libanais sont exquis. Les plus répandus sont : la osmaliyeh, un gâteau ayant l’apparence de vermicelles, fourré de fromage crémeux et couvert de sirop, les ma’moul (pâtes fourrées de pistaches ou de noix) et la mouhalabia (pudding de crème de riz garni de confiture de pétales de roses et d’amandes).

Informations pratiques
 
Nom officiel: République libanaise
Capitale: Beyrouth
Formalités: Passeport sans cachet israélien valable 6 mois après le retour en France. Visa délivré à l'arrivée
Langues:  Arabe, Français, Anglais
Monnaie: Livre libanaise, 1€ =  1,90 LBP
Superficie: 10 452 km2
Population: 4330000 habitants
Décalage horaire: + 1 heure toute l'année
Électricité: 220 V
Indicatif téléphonique: 00 961

Climat moyen au Liban 

Mois    Max C° Min C°  Pluie mm              Mois      Max C°     Min C°   Pluie mm

J           17         11        191                     J         31           23         0

F           17         11        158                    A         32           23         0

M          19          12        94                     S         30           23         5

A           22        14         56                     0          27           21        51

M           26         18        18                     N         23           16        131

J            28         21         3                     D         18           13        185 

Carte:


-
Patrimoine mondial de l'humanité

  • Anjar (1984)
  • Baalbek (1984)
  • Byblos (1984)
  • Ouadi Qadisha (1998)
  • Tyre

Lien : UNESCO


 

Nous Contacter

01 42 68 68 06

 49 RUE DES MATHURINS 75008 PARIS
 
Nos Conseillers Voyages vous accueillent par téléphone 
du lundi au vendredi, de 9h à 18h30



 

S.A.R.L au capital social de 167 700 €  
Code APE  : 7911Z 
N° de licence : IM075100068
RCS : B 34062737100024
IATA : 20213211
Assurance RCP0077833

 
 
               
 




a